Pages

mardi 16 septembre 2008

Haut les masques !

Lorsque nous utilisons internet, nous y laissons des traces, nombreuses, persistantes, et de différentes natures.

Il s'agit d'abord de l'enregistrement de nos activités par les fournisseurs d'accès à Internet.
Une série de lois récentes porte de nombreuses obligations au FAI sur la conservation de nos activités sur Internet.
La LCEN (Loi 2004-575 du 21 Juin 2004, la LSQ (Loi 2001-1062 du 15 Novembre 2001), la DADVSI (loi 2006-961 du 1er aout 2006) ont ainsi pour conséquences d'obliger le FAI à conserver notamment :
  • les adresses ip des gens à qui nous envoyons des courriels
  • les adresses ip des sites que nous visitons
En contre-partie de ces obligations et des coûts qu'elles engendrent, le FAI peut utiliser ces données de connexion pour nous envoyer de la publicité ciblée.

Ensuite, nous trouvons les enregistrements de nos activités réalisés par les sites que nous visitons : cookies et autres beacons, passés d'un site à l'autre et qui permettent de dresser un profil de l'internaute, utilisé à des fins  commerciales, et déjà évoqué dans le billet "La collecte des données personnelles... La prudence s'impose"

Enfin, restent les empreintes que nous laissons volontairement sur le web en écrivant des billets, en commentant des articles, ou en participant à des forums, empreintes qui échappent très vite à notre contrôle comme on l'a vu dans "la persistance du web".

Pour celle qui souhaite utiliser le web de manière anonyme,  il est nécessaire de s'armer d'un arsenal conséquent pour y parvenir :
  • pour limiter l'ampleur des données personnelles engrangées par son FAI, il est possible d'utiliser le programme TOR ( The Onion Router ), comme cela est expliqué très clairement dans le "guide pratique du bloggueur et du cyberdissident" de Reporters Sans Frontières
  • pour envoyer des mails en toute confidentialité, on peut utiliser thunderbird, enigmail, et gnupg (open pgp) (  les lecteurs de Millénium ne seront pas surpris ;-) )
  • pour surfer sans laisser de traces, le navigateur firefox offre une large gamme d'extensions
  • enfin on peut dissocier son expression publique et identifiée sur le web, de son expression plus personnelle en utilisant un pseudonyme.

Aucun commentaire: