Pages

jeudi 15 janvier 2009

Saboter son identité en ligne sans rien faire, c'est possible

Parmi ceux qui souhaitent améliorer leur réputation numérique, il y a deux catégories : ceux qui y réussissent (leur image, leur réputation s'améliore) et ceux qui n'y réussissent pas et qui peuvent obtenir l'effet inverse. Mais, comme nous l'avons déjà dit plusieurs fois sur ce blog, la réputation est quelque chose qu'on ne maîtrise pas totalement. De ce fait, quelles que soient les actions que l'on va mener, notre réputation peut ne pas évoluer du tout. Par contre, sans qu'on fasse quoi que ce soit, elle peut évoluer "en bien" ou "en "mal". Et c'est l'objet du travail d'analyse et de réflexion entamé par Fadhila Brahimi et Jean-François Ruiz :
"Nous allons vous montrer comment une mauvaise action peut vite se répandre sur le Net et ainsi entachée votre réputation au point de marquer votre identité numérique sous le sceau de l’arnaque. Votre marque personnelle ou votre Personal Branding, soit vous en êtes acteur soit les autres s’en chargent. Et en matière de réputation: le réseau a une mémoire qui s’appelle Google ! - Constat, rappel des faits, conséquences, enseignements, conseils pour redorer sa marque personnelle et défendre sa réputation, comment éviter les arnaques… autant que possible."
Tout est parti de cette vidéo :



La première partie de ce travail est ici.

---
Pour s'abonner au fil rss de ce blog et suivre son actualité, cliquer ici

1 commentaire:

Delcroix a dit…

On avait évoqué ce cas grâce à Lionel lors de la table ronde...

À la réflexion, je comprends Tranquillosse et aurait tendance à le soutenir dans sa démarche.

Il est assez curieux que lorsqu'il s'agit d'une entreprise de nombreuses personnes trouvent cela normal, mais si c'est une personne, on aurait tendance à trouver cela scandaleux...

Lorsque, j'avais mentionné le nom d'une société dans un billet qui avait pour titre arnaque... j'avais reçu la lettre d'un avocat. Normal, car je tombais sous le coup de la loi... Cependant, après m'être renseigné, effectivement, il est difficile de pouvoir agir autrement que la démarche qu'à mis en place Tranquillosse même si cela est illégal en effet et peu poser des problèmes sur son identité numérique.

Pour la personne visée, et si les faits se révélent exacts, je ne vais pas le plaindre. Je crois aussi qu'il faut arrêter les : «Je ne savais pas», «je pensais que...», etc. Cela devient un peu trop monnaie courante ces derniers temps sur le web (cf. les excuses du bloggeur qui avait "attaqué" Jean-Marc Morandini).

Le prix a payé est un peu fort ! C'est sûr... mais comment alerter autrement les autres ? À qui se plaindre (ou porter plainte) ? Devant le désarois de la situation, je comprends donc la réaction de tranquillosse !

Si je reprends les conséquences évoquées par F. Brahimi et JF Ruiz, je ne suis pas entièrement d'accord avec tout ! Loin de là.

* Tous les "Yoan Demarq" sont marqués virtuellement "arnaqueur"
Ce sont seulement les Y. Demarq de Lille qui peuvent avoir des problèmes. Pour le speudo, il me semble difficile dans ce cas, puisque tranquillosse à rencontrer la personne et connait donc son nom !

"Le cas des cas des homonymes" que nous avons évoqué vendredi dernier me concerne à titre direct avec la personne répondant ai même nom et prénom que le mien qui est un avocat conu pour ses positions politiques très différentes des miennes ;-) Je vis avec depuis que je suis sur Internet. Pourtant, à de rare exception près (notamment les mails que je reçois pour lui),je ne pense pas que cela me donne une image peu valorisante !

La suspicion est lancé !
Oui, et le problème n'est peut-être pas celui de l'arnaqueur... Après tout, s'il n'avait pas arnaqué, rien ne lui serait arrivé. Le soucis est l'exactitude et la certitude de l'information que diffuse Tranquillosse. je ne connais pas cette personne et je ne sais le degré de confiance que je peux lui accorder. D'autres témoignages dans son sens pour corrobore l'information serait nécessaire.

Mais outre la suspicion, je réponds à la question que les deux auteurs de l'enquête posent : Non je n'ai pas envie envie d'être d'avouer que je suis ami avec le Mr qui sur le Web arnaque les gens, je n'ai pas envie de le nommer à la tête de l'administration d'une association, de la trésorerie, de la communication...

Je ne pense pas que tout acte illicite doit rester sans réponses. L'arnaqueur à jouer avec le feu, il se brule. Il joue sur Internet, la réponse vient d'Internet ! Le problème n'est-il pas plutôt l'inadéquation des lois dans ce cas. Si la loi permettait aisément de mettre fin à de telles pratiques, je ne pense pas que tranquillosse aurait eu besoin de faire sa vidéo.

Par ricochet, le site "leboncoin"
Là encore, j'émettrai des réserves. Un élèment de jugement me manque. est ce que tranquillosse à averti "leboncoin" et qu'à mis en place "leboncoin" pour rembourser les arnaqués. La solution ne serait-elle pas là plutôt que de se défausser comme il le font par des clauses où il décline toute responsabilité. Que leboncoin gère les conflits en cas d'arnaque. Que ce soit son rôle de rassembler les arnaquer et d'ester en justice ?