Pages

jeudi 29 juillet 2010

Ils viennent d'ailleurs !

C'est l'impression que l'on a lorsque nous sommes confrontés aux performances de gens extraordinaires. Ce que faisait Michael Jackson était hors du commun et difficilement imitable dans les détails. Dans le même temps, il a créé son propre style et inspiré des milliers d'artistes. Et très peu de personnes peuvent exactement reproduire ces exploits. La rareté est récompensée.

Usain Bolt est aujourd'hui l'homme le plus rapide du monde sur 100m et sur 200m (de loin). Qui aurait penser que l'on descende sous les 9"60 pour la course reine il y a 5 ans ?


La liste des exemples extraordinaires est longue et ce sont ceux qui nous surprennent le plus, qui créent des émotions. Il s'agit de personnes qui sortent largement du lot. On observe que si le talent existe, rien ne se ferait sans travail approfondi et sans effort poussé tout de même.

Aujourd'hui, les réalisations comptent plus que le diplôme ou l'école d'origine (à terme). Les moyens sont plus diversifiés et il est clair que les médias sociaux permettent de faire entendre sa voix dans le monde (directement ou indirectement), de partager nos réalisations les plus extraordinaires (pas forcément les plus énormes et les plus coûteuses) dont les autres veulent parler.

Nul besoin de contrats, ni d'éléments administratifs pour s'y mettre. Go!

2 commentaires:

Anonyme a dit…

"Aujourd'hui, les réalisations comptent plus que le diplôme ou l'école d'origine (à terme)."

J'ai peur cela soit plus un rêve de la part d'un grand nombre plutôt qu'une réalité dans un futur +/- proche.

Combien de réseaux d'école permettent à des gens pas forcément meilleurs d'accéder à des postes ?

Combien de personnes privilégiées à d'autres juste à cause d'une ligne plus racoleuse dans la section Formation du CV ?

Je souhaite vivement ce que vous écrivez.

Ce serait même une révolution quand on voit parfois les incompétents sur diplômés dans certaines boites...

Mais mon expérience, en tant que recruteur ou chercheur d'emploi, me fait quelque peu sombrer dans la résignation.

Alors pour vous, ce serait 'à quel terme' ?

Lilian Mahoukou a dit…

Bonjour et merci pour votre commentaire.

En employant "A terme", je parlais de la position d'une personne active après quelques années d'expérience.

En effet, plusieurs habitudes de recrutement et mécanismes en place. Il est aussi vrai que le monde anglo-saxon est plus à même d'embrasser le mode des réalisations.

Aussi, les initiatives telles que 'Recruter Sans CV' sont encourageantes et plus ouvertes (http://www.recrutersanscv.fr/) C'est aussi ici que les enjeux en diversité se jouent.

Pour vous, quelles solutions pour justement aller vers la valorisation des réalisations et contourner les freins, pour occasioner un "vrai" changement ? Avez-vous des illustrations allant dans ce sens ?