samedi 16 octobre 2010

Managers, intelligence émotionnelle et sociale

Développer une équipe, prendre de nouvelles fonctions avec un niveau hiérarchique supérieur. Le "fit culturel" était évoqué pour souligner qu'un bon niveau de connaissances et de compétences ne suffisaient toujours pas. L'image ci-contre montre la partie visible et pas toujours la plus importante (le quotient intellectuel), au détriment du quotient émotionnel.

Partant du principe que les line managers sont les plus en contact avec les équipes terrain, ils ont donc un impact direct. Plus loin que leur niveau d'expertise et le parcours scolaire, l'intelligence émotionnelle est aussi un élément essentiel à prendre en compte. Face à des situations critiques et inattendues, quel comportement vont-ils avoir ? Comment vont-ils gérer leurs émotions ? Quels effets sur les équipes terrain ?

Lors d'un entretien pour la chaîne YouTube du Harvard Business Review, Daniel Goleman évoque aussi le terme d'intelligence sociale. Il s'agit des qualités d'écoute, d'inspiration et de l'influence que l'on utilise à bon escient. Quels moyens utilisés pour développer des relations durables et de confiance ? Pour fédérer les personnes ? Quels résultats ?

Tout cela pour dire que la performance individuelle ne devrait pas être le critère dominant. Il serait bien de nommer/d'intégrer un nouveau manager ou directeur, en s'appuyant sur une lecture plus globale et intégrant l'intelligence émotionnelle et sociale. Une bonne expérience professionnelle avec un N+1 et/ou N+2 qui dispose d'un niveau supérieur pour les deux derniers critères, a plus d'éléments pour développer le niveau d'engagement des collaborateurs.

Donc, les programmes de leadership et de développement s'en trouvent enrichis en contenu, avec une vision plus élargie et un impact positif sur le niveau d'engagement. Quelque part et pour le recrutement, le fait de profiler une personne et de le suivre régulièrement sur les réseaux sociaux donne un indice sur son intelligence sociale. C'est donc un point important à considérer car cela va profiter à l'organisation sur le plan interne (ex : collaboration) mais aussi externe (ex : clientèle).

Aucun commentaire: