Pages

mercredi 24 novembre 2010

Peut-on vraiment parler de hasard ?

Curiosité rime avec sérendipité. Prendre son chemin en emportant l'essentiel sans planifications excessives est un vrai avantage aujourd'hui. Il est possible de prévoir quelques évènements qui surviendront sur le chemin, mais absolument pas tous. Nous connaissons parfaitement la situation initiale, moins les éléments modificateurs.

En sortant de chez soi, est-il vraiment possible de savoir qui nous allons croiser ? Combien de personnes ? De quoi nous allons parler ? Quelles observations allons-nous avoir ? Vers quels endroits serons-nous redirigés ? Quelles recommandations allons-nous recevoir ? Quelle crise ?

Non.

"Explorer" reste crucial pour sa propre créativité, rebondir sur les évènements imprévisibles et composer avec sa vision, ses valeurs, ses atouts personnels.

Un de ces évènements peut marquer le début d'une nouvelle trajectoire et ainsi servir de déclic, de moteur.

En somme, tout semble commencer par le chemin, les endroits que l'on fréquente (physiques comme digitaux). Un premier choix qui nous expose aux évènements imprévisibles, aux fameux déclics. A posteriori, ceci nous rapproche du "Pourquoi" de nos activités, de nos idées et de notre voix.

(credit photo)

4 commentaires:

J.Perret a dit…

Enfin un appel à l’observation avant l’action…bien vu, Jp

Lilian Mahoukou a dit…

Merci JP! Au plaisir de te rencontrer à nouveau et congrats pour ton nouveau blog.

cd a dit…

Non mais on peut essayer de mettre en place les meilleures conditions possibles pour faire émerger les signaux faibles
http://bit.ly/UYkF (cf l'intro)

Lilian Mahoukou a dit…

Merci pour ce supplément d'info et le texte de Jacques Lévy! Excellent weekend.