Pages

jeudi 11 novembre 2010

Vive les workaholics !

Comment s'appuyer sur la technologie ? Quelles sont les limites entre le privé et le professionnel ? Ce flou existant est en fait un coût caché car il pèse sur la santé des personnes, leur productivité et la performance globale de l'organisation au final.

Médias sociaux ? Cela va plus loin que le marketing. L'impact organisationnel et sur la nature du travail sont importants à saisir. Qu'en est-il de la notion de temps de travail et de présence ?

Combien d'heures travaillées sont vraiment productives ?

Travailler plus et trop longtemps est une grave erreur. Et une culture d'entreprise qui encourage ce type de vision, accélère le turnover, réduit la force de rétention des talents et du coup la force d'attraction (en lien avec le bouche-à-oreille négatif propagé par les anciens).

Une culture du "Faire Moins" (et mieux) encourage à prendre les décisions les plus essentielles et les plus créatives.


Durant les années où je faisais de l'athlétisme, on faisait des séances de fractionné pour travailler le rythme de course. Chaque moment d'intensité fut entrecoupé de moments de repos car il était impossible de courir toute la distance en 1 fois.

Sur un autre plan, les collaborateurs ont aussi une part importante. En effet, ils se doivent de fixer des limites claires et de savoir dire "non".

Cela pointe le doigt sur la nécessité de vraiment intégrer les questions liées à l'équilibre "vie privée - vie professionnelle".

(credit photo)

2 commentaires:

Eric a dit…

J'aime lorsque l'on place l'humain au coeur des réflexions http://bit.ly/d9xNHb

Anais a dit…

Je suis 100% d'accord avec cet article.
Malheureusement la plupart des entreprises comptent en heures travaillés, sans se soucier de l'efficacité réelle. C'est comme ca qu'on voit des employés inefficaces qui envoient des mails a des heures indues, pour montrer qu'ils "font des heures".
www.JobMachine.fr