Pages

samedi 18 décembre 2010

Changement de carrière : la méthode Ibarra [MAJ]

Parmi les voix les plus influentes pour les problématiques liées à la carrière des personnes (plus précisément pour les situations de transition, de changement), Herminia Ibarra est une personne à suivre. Son livre "Working Identity" et ses nombreuses publications dans le Harvard Business Review reflètent ses idées. Pour elle, des longs moments d'introspection ne produisent pas de résultats suffisants. Bien au contraire, les prises d'action sont recommandées pour apporter plus de clarté. Pourquoi ? Car le process est loin d'être linéaire et le but est d'explorer plusieurs identités professionnelles pour mieux s'orienter.

Voici les trois préconisations qu'elle donne à travers cet interview vidéo avec le Financial Times et reprises ci-dessous :

- être impliqué dans des projets extra et nouveaux [activités]
- développer son réseau et s'ouvrir en intégrant de nouveaux réseaux de pairs par exemple [connexions]
- construire son histoire et reprendre les motivations [déclencheurs]

(crédit photo)

12 commentaires:

fbrahimi a dit…

Le titre est trompeur "oubliez l'introspection" et évitez de passer de longs moments suis Ok . Mais non l'introspection et plus particulièrement de se souvenir de son rêve d'enfant est extrêmement essentiel.

fbrahimi a dit…

En fait,
- être impliqué dans des projets extra et nouveaux [activités]
- développer son réseau et s'ouvrir en intégrant de nouveaux réseaux de pairs [connexions]
- construire son histoire et reprendre les motivations [déclencheurs]
C'est un travail complémentaire. il faut faire des A/R entre son rêve et l'effet miroir du réseau

Lilian Mahoukou a dit…

Bonsoir Fadhila, merci pour ton commentaire :) J'ai résumé les idées de l'auteur. Le rêve et l'effet miroir du réseau sont 2 points importants. Il serait d'intéressant une vue plus large des possibilités d'aborder le changement de carrière; on pourrait le faire via un interview sur le blog si tu es partante ?

Vincent BARBEROT (networkvb) a dit…

Pour être un pratiquant régulier de l'introspection, je partage l'avis de Fadhila. J'apprécie les visions globales, en conséquence je suis pour la complémentarité et non l'opposition.

Si rester dans l'introspection nuit à notre développement professionnel, cette dernière est nécessaire. Ainsi, nous posons des points de repères, comme autant de jalons qui nous guident.

J'ai oublié mes rêves d'enfant, mais pas mon enfance et c'est vrai ça aide.

fbrahimi a dit…

Oui je comprends Lilian j'ai répondu avec spontanéité et une réaction vive à un message qui me parait dangereux: on construit son projet de vie professionnelle sur la base de nos aspirations, nos valeurs, les demandes du marché, les recommandations de son réseau et pas seulement sur le reflet des autres sinon on est dans une position de "poupée télécommandée". Il y a une complémentarité entre le réseau et l'introspection mais pas d'opposition ou de limitation. J'en ai parlé dans cette vidéo en évoquant l'idée de "projet biodégradable" qui doit évoluer en fonction de tous les paramètres : http://www.blogpersonalbranding.com/guides-ressources/guide/changer-de-vie-de-metier/
Ceci pas pour dire que j'ai La vérité mais que la méthode est avérée et prouvée par un ensemble de professionnels du métier. Là de dire "oubliez l'introspection" c'est ne pas considérer que c'est le réseau qui décide pour toi. Non. Là ça me fait réagir. Nous avons notre libre arbitre et beaucoup ont besoin de faire émerger des désirs qui ont été écrasés par la pression sociale, l'éducation, le quand dira t-on, l'éducation nationale ,etc
Pour ton interview : si tu veux avec plaisir.
Et désolée pour ma vive réactivité :-)

fbrahimi a dit…

L'une de mes phrases n'est pas claire .
Celle-ci "Là de dire "oubliez l'introspection" c'est ne pas considérer que c'est le réseau qui décide pour toi."
Je voulais dire "Là de dire "oubliez l'introspection" c'est considérer que le réseau décide pour toi."

Sylvaine Pascual a dit…

Je suis d'accord avec Fadhila, et je trouve qu'il y a un côté plutôt marketing dans le fait de dire "oubliez tout ce qu'on vous a dit jusqu'ici", pour donner une solution qui ne présente pas de nouveauté majeure, juste une remise en question de l'utilisation d'un mot.

Pour s'impliquer dans des projets, développer son réseau et en intégrer de nouveaux et construire son histoire, il y a un travail d'évaluation puis de prise de décisions avant la mise en action, qu'Herminia Ibarra fait aussi et qu'on peut appeler ce qu'on veut, y compris "introspection".

En tant que coach spécialisée dans la reconversion professionnelle, les actions concrètes régulières me paraissent essentielles et incontournables. En revanche, ignorer les spécificités de la personne (comme par exemple son rêve d'enfant) rend le travail incomplet et présente le risque de déboucher sur un projet inabouti.

Sylvaine Pascual a dit…

Fadhila, nos réponses se sont croisées!
Je partage, y compris l'envie de réagir, même vivement!

Lilian Mahoukou a dit…

Merci pour vos feedbacks! Intéressant d'avoir les "Pour" et les "Contre".

@Sylvaine: Partante pour un interview croisé avec Fadhila concernant les manières d'aborder un changement de carrière ?

fbrahimi a dit…

Bonsoir, j'ai pas l'impression de voir des pour et des contres mais une réaction à un titre changé depuis - Merci Lilian pour ta réactivité et ton sang froid ;-)

Catherine a dit…

Cet interview m'a beaucoup marqué (merci Lilian) parce que je suis récemment entrée dans une nouvelle profession après une trop longue période de réflexion.

Mme Ibarra dit : "Don't think you have to know what your one true self is. We have many. Some of these possible selves could surprise you."

Dans la prise d'action (et non dans l'introspection), on peut découvrir chez soi, de façon inattendue, d'autres talents, d'autres centres d'intérêts, d'autres compétences. On n'est pas des êtres figés.

Quant au besoin de développer son réseau, je la rejoins de nouveau ; les gens en dehors de votre milieu habituel peuvent mieux vous accepter en tant que professionnel dans votre nouveau domaine (à la différence parfois des vieux amis et des ex-collègues).

Changer de métier est un risque et il faut l'assumer. Il ne faut pas être paralysé par la peur en se disant qu'on fait un travail d'évaluation.

Lilian Mahoukou a dit…

Merci pour ton feedback Catherine. Quels conseils donnerais-tu aux personnes en situation de changement ?