Pages

samedi 11 décembre 2010

Comment faîtes-vous pour atteindre votre sweetspot ?

A chacun son sweetspot, son point optimal. Après plusieurs notes prises en vrac, voici une suggestion de méthode pour des décisions de carrière. Quelle trajectoire prendre ? Entre 2/3 offres d'emploi, laquelle accepter ? Pourquoi changer de métier ?

Sentir que l'on fait quelque chose qui a du sens, que l'on a de réels atouts pour le rôle choisi et que l'on gagne assez d'argent pour continuer. Voilà à quoi ressemblerait le sweetspot.

Dans une recherche d'emploi, un conseil qu'on entend quelques fois (et qui n'est pas forcément efficace) : déposer un maximum de CV pour avoir le maximum d'entretiens. On pourrait aussi répondre à chacune des offres, des propositions de manière plus spontanée. Cependant, un travail continu de découverte s'impose.

Voici une suggestion d'approche composée de trois points-clefs :

1 - Le sens
2 - Les atouts
3 - La viabilité

Le sens

Aujourd'hui, il n'est pas étonnant de voir des personnes complètement changer de métier, ni de voir des cadres renoncer aux gros salaires. Avoir un bon diplôme, faire un métier qui rapporte ne suffit plus. La question du sens revient sur le devant de la scène. Ceci représente une excellente opportunité pour les entreprises souhaitant attirer de nouveaux talents, mais aussi pour celles souhaitant développer une réelle stratégie d'engagement en interne. Et tout ceci, sur la base de discours vrais, authentiques. Ainsi, l'éthique et la transparence sont deux éléments-clés, dans la rétention des talents au final.

La quête du sens est aussi une suite de mouvements, de tâtonnements, d'explorations. Nous avons souvent de sérendipité, du rebond et de l'ouverture d'esprit. Ces points représentent des bases. Et ce sens est contenu dans une question synthétique, qui va servir de trajectoire et va préciser les différents rôles potentiels à jouer. Plus généralement, il est relié à la voix que l'on souhaite élever.

Si l'on regarde bien chacun de nos parcours, il n'est pas rare de voir que l'on s'oriente dans un domaine, qu'on se lance dans un nouveau projet à la suite d'évènements précis. Ce sont ceux qui nous marquent, qui nous amènent à agir, à prendre position et qui modifient notre perception. Aujourd'hui, nous avons la possibilité d'aller dans le sens d'une quête active du sens, via les différentes interactions qui représentent eux-mêmes des évènements. Une simple conversation de 2 minutes peut servir de déclencheur. Dans le monde très connecté dans lequel nous sommes, nous avons des leviers pour capter de nouvelles connaissances , de nouveaux mèmes. Mais également pour créer du contenu, soit concevoir des objets de conversation engageants, et provoquer des rencontres.

Sans cette question du sens, on peut envoyer 10, 20, 30 CV, sans pour autant malheureusement faire le plus gros du chemin.

Aussi dans cette quête active, qui dit expérimentation, dit aussi erreurs potentielles (trajectoire inadéquat en fonction du profil). C'est par ces évènements "visiblement" négatifs que l'on apprend à se connaître. Visiblement, selon la perception que l'on en a. Au fond, est-ce une opportunité ou bien un poids ?

Les atouts

La question du sens étant explorée, quels sont les atouts pour les différents rôles lister ? Quels rôles peuvent-ils être combinés ? Quels gaps à combler ? Quelles formations à programmer ? Quelles lectures ? Quels moyens pour continuer à s'améliorer ?

Il est plus plaisant d'évoluer dans un domaine où l'on obtient des résultats importants à terme, où l'on gagne. Cette situation permet de générer des suites d'auto-satisfaction à chaque boucle de travail, à chaque interaction.

Pour cette partie, il en va de la responsabilité des personnes, de choisir des rôles spécifiques et gagnants reliés au sens. De rester en mode observation, pour identifier des signaux faibles.

La viabilité

Ce point de la viabilité renvoit aux réalités économiques. Quel est le modèle économique de l'entreprise que je souhaite rejoindre ? Qu'en pensez-vous ? Quel est le positionnement de la société ? Quelle opinion sur l'avenir du marché et quelles idées potentielles à partager ? Les salaires pratiqués sur le marché sont-ils suffisants ?

Les questions du sens et des atouts étant verrouillées. Peut-on *vraiment* vivre du métier dont les rôles ont été listées au préalable ?

Dans un rôle qui s'organise autour du changement, quelle estimation du gap entre les premiers adeptes et la majorité précoce ? Quels efforts d'évangélisation auprès des personnes ? Au sein des entreprises ?

La solution Proteus part du principe de la diversification des sources de revenus. Pour un même sens, il peut y avoir différents rôles et différents métiers. Lesquels choisir ?

Approfondissements...

Le sens, les atouts et la viabilité ne suffisent pas. Ils représentent une base solide. Qu'en est-il d'un sweetspot atteint sur le plan professionnel, s'il y a un déséquilibre vie privée/vie professionnelle ? Cet état peut aussi influencer le choix de la personne, en fonction des discussions et des interactions avec les membres de l'entourage (le foyer familial par exemple).

Cette question du sweetspot est donc à replacer dans un contexte collectif. Cela fait penser à l'optimum de Pareto où une personne unique ne peut être en situation d'équilibre pendant que les autres ne sont pas.

Introduire la question de l'équilibre vie privée/vie professionnelle semble être un point essentiel, à une époque où les moyens de production sont portables.

Aucun commentaire: