Pages

vendredi 10 décembre 2010

Linchpin Day : World Café et discussions vivantes

Le Linchpin Day est un évènement mondial et informel, encouragé par Seth Godin, en référence à son livre "Linchpin: Etes-vous indispensable ?" que je recommande très fortement! Pour la première édition, plus de 900 meetups ont été organisés dans le monde et à la même date! Celui du 07/12 fut le second organisé, et mon premier à titre personnel. Beaucoup de surprise et de sérendipité. Un grand merci à Libby Robinson pour l'orchestration, à Guillaume Lagane sur la facilitation graphique et à tous les participants pour les échanges très enrichissants! Damien, Dominique et Gianfranco ont déjà partagé leurs retours d'expérience.

Un "linchpin" est une pièce maîtresse, une personne qui challenge le statu quo, qui encourage un changement nécessaire et avant tout... qui agit. Linchpin est aussi le dernier livre de Seth Godin en date. Ce fut ainsi l'occasion d'échanger des avis sur certains passages. Pour garantir une réelle participation de toutes les personnes et capter l'intelligence collective actionnée, Libby nous a suggéré le format du World Café. Celui-ci s'articule autour de la facilitation graphique (graphic facilitation), qui fut l'un des éléments de surprise.


Pour reprendre la structure de cette rencontre :

- phase d'introduction : accueil et présentation du concept aux personnes
- 5 minutes de conversation avec une personne qu'on ne connait pas, autour des objectifs respectifs en venant au Linchpin Day

(crédit photo : @resshum, Damien Joliot)

- un premier tour de conversation et 2 à 4 personnes par table (il y en avait 4). Pour chacune d'elles, un large papier blanc servait de support et s'y trouvait une question-clé. Chaque table avait donc "sa" question. Et pendant ce temps, les personnes échangeaint et étaient libres d'utiliser les feutres pour écrire, dessiner, poser de nouvelles questions, etc...
- au bout de 10/15 minutes de conversation, on permute et on découvre les autres tables. Un capitaine de table reste fixe. Son rôle est d'accueillir les nouvelles personnes et de résumer ce qui a été dit pour démarrer la conversation


- les permutations continuent jusqu'à ce que tout le monde ait fait toutes les tables. Les capitaines de table sont ensuite appelés à faire des debriefs sur 5 minutes (selon les thématiques, questions de leur table)
- au bout de la série des debriefs, une pause de quelques minutes, une discussion collective d'une vingtaine de minutes sur l'évènement et une exploration des pistes pour un après-linchpin Day
- et finalement, la participation à un chant et surtout la découverte de somptueuses voix :)

Et le facilitateur graphique dans tout çà ?


Cela fait penser à une pratique bien connue qui est celle des dessins sur les murs des grottes. C'est aussi en quelque sorte, une forme de facilitation et d'apprentissage. Ou encore, de celle des caricaturistes (et dessinateurs) sur les plateaux TV par exemple.

Le rôle de Guillaume fut de régulièrement passer dans chacune des tables pour capturer l'essentiel des conversations via une écoute et une exploration de ce qui était écrit, dessiné par les participants sur les feuilles. Proche de chaque table, un espace blanc à la disposition de Guillaume pour un enregistrement visuel des conversations, d'où le terme de "graphic recording" également utilisé.

Pendant la phase de debrifing de chacun des capitaines de table, il s'est rendu sur un espace blanc central et de synthèse, en écoutant chacun des capitaines et en dessinant tout ce qui s'est dit.

De manière générale, l'introduction et l'intégration des aspects visuels ont rendu la rencontre interactive et mémorable. Hélas, dans bien de discussions de café, il peut arriver que la prise de parole ne soit pas répartie de manière optimale, que les différents contenus restent dans des paroles.

Une belle manière d'utiliser ses qualités de dessinateur. La synthèse entre des compétences en représentation visuelle et le contenu d'une discussion donne un résultat bien intéressant. Ceci est aussi à mettre en lien avec la fatigue du PowerPoint (où les slides "superchargées" ne facilitent pas guère la communication, la compréhension et l'assimilation du message).

Un jour après ce mémorable moment, les dessins ont été partagés pour permettre de revenir sur les différents points, et pouquoi pas pour poursuivre la conversation.

Et si plus d'enseignants, de formateurs utilisaient cette méthode ?

La problématique de l'engagement n'est pas uniquement réservée au monde de l'entreprise, aux marketeurs. Si l'on se focalise plus largement sur le potentiel humain, on peut percevoir de nombreux bénéfices, qui renforcent la pertinence de techniques visuelles comme la carte mentale également.

Aucun commentaire: