Pages

mercredi 19 janvier 2011

Interview de Jérôme Poiraud, fondateur de Lynov

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Après une formation initiale d’ingénieur télécom, complétée par un MBA quelques années plus tard, j’ai eu un parcours professionnel principalement dans de grandes entreprises. J’ai débuté dans le conseil en technologies, puis chez des opérateurs télécoms et fournisseurs d’accès Internet où j’ai occupé des postes de consultant, de direction de projets, de responsable commercial et de responsable marketing.

Avant de créer ma propre activité, j’étais en charge de l’innovation marketing chez Orange avec comme objectif la création de nouveaux produits et services en rupture avec le coeur de métier de l’opérateur. J’ai pu ainsi initier des projets innovants autour des services robotiques et de la télévision IP interactive par exemple.

Je m’occupais également en parallèle, toujours chez Orange, du développement d’un incubateur d’entreprise, le liveboxlab. C’était la mise en pratique d’une démarche d’open innovation : co-innover avec des partenaires externes à l’entreprise pour créer de nouveaux produits et services, aller plus vite, faire mieux tout en partageant la valeur créée. C’est comme cela que sont nées des produits comme la liveradio ou la commercialisation d’API (mise à disposition à des tiers des interfaces de programmation de certains services internes pour qu’ils les intégrer dans leurs propres produits ou services).

D'où t'es venue l'idée de Lynov ? Quels sont tes projets à venir ?

L’idée de créer ma propre activité me trottait dans la tête depuis un certain temps mais il manquait le projet, l’offre de service différenciante à proposer à de futurs clients.

Puis en 2010 le déclic, je me suis dis que l’expérience accumulée dans le marketing et l’innovation produit, l’open innovation et l'accompagnement d’entreprises innovantes pouvait réellement faire la différence pour mes propres clients et leur apporter une vraie valeur ajoutée.

J’ai donc créé sur Lyon une société de conseil en stratégie d’innovation pour accompagner les entreprises et les collectivités dans leur démarche d’innovation avec un objectif d’innovation durable.

Les missions que je propose s’orientent autour de 3 axes :

- Innovation produits et services : accompagnement en amont sur la recherche de nouveaux concepts de produits et services;
- Veille stratégique : analyses sectorielles, marchés, technologiques, usages et tendances pour accompagner la prise de décision et l’analyse d’opportunité;
- Optimisation et mise en place de démarche d’innovation : audit d’organisation (R&D, marketing), innovation participative et innovation ouverte, formation et sensibilisation à l’innovation et au management de l’innovation.

J’ai un positionnement PME/ETI et multi-secteurs d’activité même si j’ai une prédilection avec mon parcours sur les technologies de l’information et de la communication (TIC). Cependant la méthodologie que je développe et met en place chez mes clients n’est pas spécifique aux TIC.

Mes objectifs pour les années à venir c’est d’avoir la chance d’accompagner beaucoup d’entreprises pour que nos PME soient encore plus performantes, innovantes et reconnues en France et à l’international. Je souhaite également transmettre cette vision de l’innovation ouverte. C’est pour cela que la formation a une place privilégiée dans mon activité, pour que les cadres de demain aient les méthodes et le courage managérial d’innover car c’est parfois un parcours du combattant dans les grandes entreprises françaises.

Quelle est ta vision de l'innovation pour les années qui arrivent ? Quel est ton positionnement vis-à-vis de l'open innovation, du crowdsourcing ?

Aujourd’hui l’innovation est présente partout et dans tous les discours au risque d’avoir un sens déformé ou mal compris.

Plus qu’un phénomène de mode ou un nouveau processus, je dirais que l’innovation est un état d’esprit, une façon différente d'appréhender la recherche de solutions à des problèmes. Que ces derniers soient liés à la création d’un nouveau produit, à l’amélioration de la relation client ou à l’organisation même d’une entreprise.

En effet, l’innovation est une approche qui impacte fortement les principes fondamentaux de fonctionnement de l’entreprise sous tous ses aspects : humains, techniques, créatifs, prospectifs, organisationnels, partenariats. Ainsi, mon objectif et ma démarche est de prendre en compte toutes ces facettes dans les missions que je mène.

C’est d’autant plus important aujourd’hui dans un monde qui évolue de plus en plus rapidement.

En effet, il y a quelques dizaines d’années le processus de changement dans les entreprises s’étalait sur plusieurs dizaines d’années, soit le temps d’une génération. Les changements s’opéraient donc principalement avec l’arrivée dans l’entreprise de la génération suivante qui amenait de nouvelles idées. L’appropriation par le marché des innovations suivait la même échelle de temps.

Aujourd’hui ces changements sont beaucoup plus rapides et se font sur quelques années voir quelques mois. Trois exemples pour fixer les esprits, pour passer de 10% de pénétration à 20%, seuil indiquant un certain succès commercial il aura fallu 1 an pour le téléphone mobile (le téléphone fixe avait mis presque 10 ans), 1,5 an pour l’Internet haut-débit, 1 an pour la TNT et quelques mois pour l’iphone.

L’entreprise, son organisation et l’ensemble des parties prenantes (collaborateurs, fournisseurs, partenaires, clients, etc.) ont donc besoin d’être beaucoup flexibles, réactives et ouvertes vers l’extérieur pour continuer à proposer des produits et services qui répondent aux besoins de leurs clients.

Je vais citer l’exemple bien connu de Kodak qui a malheureusement raté le virage de la photo numérique à cause de son organisation et de sa vision du monde qui étaient focalisées sur son métier de chimiste et non sur sa mission d’apporter l’image à ses clients quel qu’en soit le support. D’où une grande difficulté à voir, comprendre et accepter les changements qui se sont révélés être des opportunités incroyables pour d’autres acteurs.

C’est pour cela que je prêche pour l’open innovation et toutes ses déclinaisons que sont l’innovation participative ou le crowdsourcing.

L’innovation ouverte c’est se débarrasser du syndrome “not invented here” pour intégrer dans la démarche d’innovation tous les collaborateurs de l’entreprise, les clients, les fournisseurs, d’autres entreprises ou centres de recherche publiques ou privés. Cela permet à l’entreprise d’être souvent plus efficace et surtout de mener des projets dont le potentiel d’acceptation sera beaucoup plus fort tant en interne qu’en externe et en premier par les clients puisqu’ils auront été intégré à la démarche.

Cependant, cette ouverture peut se faire progressivement et à des degrés plus ou moins forts : sur un projet en particulier, sur une équipe ou une entité particulière et avec des cibles spécifiques suivant le contexte. C’est tout le sens que je donne à mes interventions qui se font sur mesure pour s’adapter au plus près des situations et besoins de mes clients.

Pour conclure, je dirais que le plus grand risque c’est de n’en prendre aucun. Quand on innove régulièrement on a des échecs, le Newton d’Apple par exemple, mais la marque de fabrique des innovateurs c’est la persévérance et surtout la constance dans le courage managérial.

L’implication du management de l’entreprise est primordial pour permettre d’accepter les idées d’où qu’elles viennent et si il y a du potentiel de leur donner leurs chances. Car une innovation n’est vraiment une innovation qu’au moment où elle est sur le marché dans les mains des clients.

L’innovation c’est la rencontre d’idées, de volontés, de compétences, de financements avec une sérieuse pincée de marketing et c’est l’objectif de mes interventions que de permettre et catalyser ces rencontres.

C’est également dans cet esprit que je participe par exemple à l’organisation du 1er Startup Weekend Lyon qui se déroulera les 18, 19 et 20 février 2011 à l’Ecole 3A : faire se rencontrer et travailler ensemble des profils et compétences différents pour aboutir en un week-end à la transformation d’idées en startup innovantes !

Quelles sont tes présences web? Comment les utilises-tu (objectifs, usages principaux) ?

Côté pro c’est www.lynov.com qui est la “vitrine” web décrivant les activités et missions de l’entreprise. C’est également un outil de prise de contact pour les clients. Le site comprend aussi une partie blog où je mets des articles que j’ai trouvés pertinents en lien avec l’innovation. De plus je vais prochainement compléter ces publications avec des articles de fond que je vais produire directement (méthodologies, étude de cas, etc...).

J’ai aussi un compte twitter, @lynovconseil, qui est dans le même esprit que la partie blog du site et qui me permet de réagir plus en “temps-réel” sur tout ce qui touche à l’innovation et l’actualité de l’entreprise. Je suis également présent sur les réseaux sociaux professionnels comme Linkedin et Viadéo qui peuvent être des outils de prospection commerciale ou de prise de contact proactive et aussi réactive.

Côté perso j’ai un blog www.poiraud.com mais les mises à jour se font rare ces derniers mois ;-) et aussi un compte Twitter, @jpoiraud. J’utilise beaucoup le compte Twitter pour suivre l’actualité de personnes, de blogs ou de sociétés dont les domaines d’activités m’intéressent à titre perso ou pro. Je tweete ou re-tweete aussi régulièrement :-)

Aucun commentaire: