Pages

mercredi 30 mars 2011

Quels rapports entre la Tour de Pise et l'agilité ?

La Tour de Pise est au même endroit, dans la même position et reste fixe. Pas de surprise, le monument est connu pour son orientation penchée et figée.

En innovant, il y a cette première idée de format que l'on a. Mais est-ce définitif et figée ? Qu'en est-il des produits web, sont-ils également conçus sur une ligne droite ? Est-ce positif ?

A-G-I-L-E

Voici 5 lettres-clés. Un qualificatif gagnant !

En lançant Tuttle Paris par exemple, il y avait un format de base qui semblait être commun aux rencontres Tuttle dans le monde. Par la suite, il fallait compter avec les spécificités locales (France), hyperlocales (Paris) ainsi que les attentes spécifiques des participants pour continuer à évoluer.

De manière globale :

1 - Il est important de définir la "base vitale" qui sert de pivot. Il s'agit du strict minimum qui permet de lancer la machine
2 - Emettre une première idée qui s'additionnera à cette "base vitale" (en phase avec la trajectoire de l'organisation) et qui constituera une première hypothèse. Elle sera testée et mesurée pour voir comment croître (changement d'échelle), pour savoir quels éléments garder ou pas
3 - Etre à l'écoute des personnes qui se joignent à l'évènement, qui utilisent le produit/service, etc... Quelles sont leurs réactions ? Il s'agit d'être réactif (d'apporter des réponses aux demandes) mais aussi (sutout) d'être proactif (pour surprendre) pour ensuite recueillir les feedbacks
4 - Au fur et à mesure, on arrive à une combinaison entre une base vitale et des hypothèses validées (une par une). Et cette combinaison évolue dans le temps, elle n'est pas figée. Il y a donc un mouvement continu.


Cette démarche est plus instructive (car interactions multiples) qu'une étude de marché classique; les chiffres restent des chiffres, et il est important de se frotter à la réalité.

Le fait de participer aux derniers Valtech Days (#VDays) sur Paris m'ont permis d'avoir plus de matière et d'échanger autour de l'agilité. Il est clair que ce mode n'est pas réservé qu'aux développeurs, d'autres populations peuvent en bénéficier !

Pourquoi ? Face au raccourcissement des cycles, aux changements disruptifs, aux règles de jeu qui se dessinent, qui s'effacent et à l'incertitude, il faut continuer à innover pour rester dans le coup. L'approche agile permet de faire face à ces situations.

Si vous êtes intéressés par le marketing et que vous avez suivis le hashtag #M2C (conférence Marketing 2.0 organisée à l'ESCP-Paris), vous noterez que les entreprises qui témoignaient... n'avaient pas de carte routière toute faite.

Oui, les études de cas sont largement accessibles via SlideShare, Twitter, la blogosphère ou autres. Cependant, elles concernent des organisations précises, avec des objectifs, des contraintes et des contextes spécifiques. Il est ainsi difficile de transposer des pratiques de manière brute et sans prise de recul.

Que ce soit pour l'intégration des médias sociaux au marketing, au recrutement ou d'autres fonctions, le schéma du "Tester et Apprendre" est la base. Rien ne sert de faire du copier/coller sans connaître le "Pourquoi" de la démarche. Ce n'est pas une manière d'avancer plus vite.

Le fait d'aller dans du "Tester et Apprendre" permet d'inscrire les succès ET les erreurs dans la mémoire collective de l'organisation considérée.

Dans le "Tester et Apprendre", comme vous le remarquez, rien n'est figé et on pense "petit" en partant sur UN objectif et des hypothèses (moyens pour atteindre l'objectif).

Laurent Brouat, que j'apprécie énormément, a mis en avant les initiatives de CH2MHill sur le blog officiel de Link Humans. Le message derrière tout ceci : tester et apprendre. CH2hMill n'a pas essayé de faire comme les autres, ni de copier/coller mais a procédé par iteration pour progressivement avancer.

Dans son livre Linchpin, Seth Godin revient sur le cauchemar des consignes. Depuis l'école, nous sommes conditionnés à les respecter au risque d'être exclu, marginalisé. Premiers pas en entreprise, idem, il faut respecter des directives. S'il est vrai que chaque organisation a ses routines, sa culture et ses manières de faire, il faut également penser à résoudre l'équation de l'incertitude; surtout pour des secteurs en renouvellement et sans historique important.

C'est aussi toute une question de leadership car en se donnant les moyens d'apprendre en testant, en explorant, on s'expose à créer de nouvelles règles gagnantes. Les anglo saxons utilisent le terme "Game Changer" ou bien "Game Changing" pour désigner une innovation qui chamboule les règles pré-établies. Ce n'est pas en étant dans l'attente, en imitant et en duplicant que l'on gagne au final.

Echec. Echec. Echec.

Le dernier Harvard Business Review a organisé son édition mensuelle autour de ce thème qu'est l'échec. La #FailCon s'est organisée à Paris il y a quelques mois avec bon nombre d'enseignements. Il est clair que notre société récompense les succès et que notre éducation les valorise, et nous incite à éviter l'échec.

Sur Twitter, dès qu'une initiative ne rencontre pas le succès, il n'est pas rare de voir des tweets accompagnés du hashtag #fail. Ces épisodes peuvent même devenir des sujets de moquerie, se transformer en bad buzz.

Que ce soit à l'échelle d'une organisation ou d'un indépendant, tout dépend de l'angle de vue utilisé. Si "Tester et Apprendre" permet d'avancer, de faire des découvertes (qui peuvent avoir des retours très importants), cela ne va pas sans des objectifs non-atteints ou de bonnes erreurs. Le 100% positif et le tout rose sont des illusions. Ce que la majorité appelle "Echec" est en fait une "Ocassion d'apprentissage" qui enrichira la prochaine prise d'action.

Pour conclure, la Tour de Pise correspondrait au statique, au peu innovant. L'agilité représenterait toute forme d'initiative ayant pour objectif d'innover et d'apprendre, en testant sur de petites échelles; ce qui est au fond plus une opportunité qu'un risque.

(crédit photo)

Aucun commentaire: