Pages

mardi 26 avril 2011

Et le CV vanille dans tout çà ?

Pour le CV papier, il convient de soigner la présentation, d'aérer, de mettre les bons mots-clés et d'être très clair. De même pour les profils Viadeo, Linkedin, DoYouBuzz, etc...

Régulièrement, nous avons une vague de CV créatifs et plus ou moins réussis.

L'exploration du CV est au coeur du processus de recrutement de la majorité des entreprises.

Néanmoins, le CV ne laisse pas de places à la voix du candidat (cas des profils atypiques) et une organisation peut passer à côté de profils tout à fait intéressants en ne se basant que sur des critères de sélection (rigides).

Du coup, côté candidats, on a tendance à penser que le CV est LE sésame pour se donner le maximum de chances (d'où les tentatives de buzz aussi). Ceci est en partie vrai mais ne résout pas totalement l'équation.

Au fond, le CV est un support de synthèse et de promotion. Si l'on fait l'analogie avec le secteur marchand, l'idéal est d'avoir la bonne attitude, un produit/service bon et cohérent à la base.

Un CV créatif dont le papier sent la vanille, mais dont le contenu et la structure manquent de cohérence, a peu de chances de servir le candidat.

De plus, mise à part les aspects liés à l'expérience professionnelle et les formations, le point culturel (et donc aussi comportemental) est très important. Qui dit recrutement, dit intégration à une organisation, problématiques-clés et lien étroit avec les orientations stratégiques.

6 questions gagnantes à se poser avant tout :

1 - Où en suis-je ?

L'idée est de faire un bilan de compétences, de faire le point, de savoir où l'on se situe avant d'aller plus loin. Quelles valeurs souhaiterais-je mettre en avant ?

2 - Vers quels nouveaux rôles et dans quel environnement professionnel souhaiterais-je évoluer ?

Point d'intitulés de poste mais une liste de rôles en fonction de préférences (en fonction des expériences précédentes) mais aussi d'aspirations, de nouveaux terrains à explorer. Qui sait ? On pourrait jouer sur la transférabilité de compétences.

Les réponses à ces questions permettront aussi de sélectionner le type d'organisation que l'on recherche.

3 - Lesquels sont recherchés sur le marché de l'emploi ? Quelles sont les niches ?

Ici, tout est question de réalité économique et de timing. Une entreprise fait une proposition de valeur employeur qui se veut être gagnante et différente de ses concurrents pour (en partie) attirer de nouveaux employés. La démarche est la même pour le candidat, qui fait aussi en quelque sorte son offre de valeur également; avec le but de ne pas être trop en avance, ni d'arriver après la bataille.

4 - Est-ce en cohérence avec mon profil ?

Le recruteur essaie de voir le fil conducteur et l'idée de la cohérence reste centrale, car en entretien, on vous demandera de justifier vos choix pour mieux vous cerner. Un écart trop important ne vous mettra pas en position favorable, et à ce jeu on risque d'enchaîner les refus sans trop savoir pourquoi... le mieux est de se faire conseiller !

5 - Comment arriver à destination ?

Quels moyens emprunter ? Faut-il une formation additionnelle ? Une validation des acquis de l'expérience ? Une expérience professionnelle supplémentaire et qui servirait de transition ? Quelles initiatives entreprendre ?

6 - Quel discours porter ?

Spécifique et en fonction des problématiques des structures visées, le discours doit faire ressortir votre travail de recherche préalable. Quel(s) rôle(s) mettre en avant et comment prouver que vous êtes LA bonne personne ? Quels indicateurs de performance ?

(crédit photo)

1 commentaire:

Christine Degioanni a dit…

Merci pour cet article. Je partage votre avis. La question #1 est bien celle de savoir où nous en sommes réellement. Difficile de tracer sereinement une trajectoire si l'on ne sait pas d'où l'on part...