dimanche 17 avril 2011

Utiliser la facilitation graphique pour animer un réseau social d'entreprise


Et si les nouveaux animateurs de communautés internes étaient aussi amateurs de dessin, de croquis, de pensée visuelle ?

Nous évoquions le concept de facilitation graphique utilisé lors du Linchpin Day. Le but étant de résumer les différentes contributions et directions sur une seule page et de manière très visuelle.

Pour le sujet des réseaux d'entreprise, des plateformes telles que Yammer, Socialcast, SocialText ou encore Podio, un certain contenu est produit. Ce dernier tourne autour de problématiques directes et liées à l'activité de l'organisation, ou bien de centres d'intérêt périphériques, de trajectoires potentielles.

C'est là où l'idée de penser "communautés" ne convient pas à un département ou un groupe de personnes. C'est un état d'esprit qui devrait faire partie de la culture de l'entreprise (avec, bien évidemment, différents niveaux de maturité et d'engagement).

Dans le cas d'un partage intense en interne, les nuages de mots-clés, la recherche par mot-clé, les hashtags et les groupes permettent d'aller chercher l'information nécessaire.

Egalement, dans celui où un petit groupe est actif et inscrit en tant que membre, que faire des différents contenus ? Comment faire le pont entre ces éléments et le reste de l'organisation ? Que pensez pour les organisations disposant d'équipes virtuelles un peu partout dans le monde ?

C'est là où l'on pourrait s'appuyer sur la facilitation graphique, les mécanismes de pensée visuelle, pour partager une synthèse hebdomadaire ou bi-hebdomadaire par exemple (en fonction des volumes de contenu), aider à la "digestion" de toutes ces informations et surtout avoir une image, une photographie de la production, identitique pour tous et pour une période précise. Et ce rôle reviendrait à l'animateur. Une image vaut 1000 mots.

Plus loin encore, ces sketchs se partagent en interne et peuvent de servir de bases de réflexion ou de conversations informelles en mode café pour approfondir un ou deux points. Nul rapport de plus de 20 pages, une seule image sous un format adapté. Soit un gain de temps et une manière ludique, plus engageante de manipuler les différentes informations.


P.S : Ici, nous parlons d'une partie des initiatives au sein de l'organisation. La facilitation graphique (après être comprise et adoptée) peut également servir pour des réunions brainstorming, de crise, de stratégie, etc...

(crédit photo)

3 commentaires:

Chris a dit…

Je suppose que vous connaissez les livres et workshops de David Sibbet qui est un pionnier dans ce domaine depuis 30 ans.
La facilitation graphique est quelque chose de très difficile. L'utilisation de templates est très utile.

Christian Baudry

@ChrBaudry

JN Chaintreuil a dit…

Merci Lilian pour cet article, comme toujours, pertinent et instructif! Je suis également assez convaincu par la facilitation graphique que ce soit tant pour un RSE que pour étayer des idées ou des projets. C'est un point à creuser car difficile à mettre en oeuvre pour des mauvais dessinateurs :)

@Chris : Merci pour la référence au livre de David Sibbet.

Nicolas Gros a dit…

Bonjour Lilian,

Merci pour cet article.
La facilitation graphique est un domaine d'activité dans lequel il existe plusieurs outils. Chacun a des effets et intérêts particuliers en fonction du contexte dans lequel il est utilisé et surtout en fonction de l'objectif à facilité.
Comme le montre votre article, les contextes d'utilisation de telles pratiques sont diverses et de nouveaux vont émerger.
Il convient donc de connaître et de choisir le bon outil pour que la facilitation du groupe ou des "utilisateurs" soit efficace.
De même, la facilitation graphique prend toute sa puissance lorsqu'elle complète, amplifie et rythme un processus de travail, d'échanges et de réflexions, conçu et réfléchi. Elle prendra donc une forme différente selon le moment du processus pour lequel elle intervient. En effet, lorsqu'il s'agit de faire émerger des idées, de créer une vision commune, d'explorer des scénarios possibles ou encore dans la définition d'une solution, elle accompagne des processus mentaux différents.

La première photo de votre article semble montrer du "scribing" ou "graphique recording". C'est une technique de capture en temps réel des éléments d'une discussion. Elle se fait face aux participants de la discussion et dure le temps de celle-ci.
La deuxième photo, prise lors du GAIN Alliance Business Global Forum à Dubaï en juin 2010, montre une partie du mur de synthèse de l'ensemble du forum que l'équipe du ValueWeb a réalisé (pour en savoir plus vous pouvez visiter leur site thevalueweb.org). Cette technique nécessite des processus de capture différents et propose une vision globale de l'évolution du forum.

@JN: le dessin est un plus mais pas nécessaire pour pouvoir faciliter graphiquement une discussion. Certains outils, sur une base de mind mapping, peuvent être utilisés
par tout un chacun et sont redoutablement efficaces.

Je crois que je pourrai parler de cette passion encore longtemps et c'est un commentaire qui commence à être long ;o)
C'est en tout cas un sujet passionnant.