Pages

dimanche 16 octobre 2011

Google, Facebook, Twitter : ces startups qui font rêver

Le web attire. Les success stories à la Google, Facebook, Foursquare, Twitter, etc... donnent des idées et des envies. Via la veille que l'on peut effectuer, on peut rapidement identifier des signaux faibles, des effets de mode sur lesquels on rêverait de surfer pour... faire du cash (?).

Les choses ne sont pas si simples et il est tentant de faire la confusion entre le rêve et la réalité. Cet écart de perception est souvent amplifié par le déficit d'écoute.

Il est clair qu'avec un focus sur les budgets et un marketing qui se veut le plus intelligent possible, le blog reste l'une des présences digitales principales. C'est un espace, une plateforme, propice à la conception d'objets de conversation, qui peuvent amener à des rencontres très intéressantes.

Au-delà de la dimension spatiale, il y a aussi l'opportunité de porter une voix distincte et authentique, avec une idée exécutable. Et c'est là que les choses peuvent devenir vraiment intéressantes.

Cela suppose de mettre les mains dans le cambouis, à être sur le terrain et à démontrer les apports d'une vision. Egalement, cela implique une vraie prise de parole, un vrai travail de fond; et non une avalanche de tweets automatiques issus d'une veille, ou encore des résumés ou des traductions d'articles anglo-saxons.

On en arrive à deux points distincts et importants : 

- lancer une activité uniquement pour se remplir les poches (bonne vague, bonne image, bonne idée)

ou

- lancer et développer une activité pérenne, avec une cause profonde et pragmatique que l'on supporte, que l'on vit

(crédit photo)

Aucun commentaire: