Pages

mercredi 25 avril 2012

Le rôle des candidats dans la profondeur et la prospection de contextes gagnants

Encore une fois, Alexandre Pachulski partage un sujet de réflexion très intéressant sur la problématique des talents et l'importance du contexte, à travers un exemple simple et efficace (ouvrir avec rapidité et efficacité une noix de coco). Je vous invite à le lire dès que vous en avez le temps !

Côté entreprise, il s'agit de "designer" les conditions de réussite, un environnement propice au développement et à la révélation des talents.

Côté candidats (et salariés), l'idée est d'affiner son projet professionnel "évolutif" en intégrant la dimension contextuelle; c'est-à-dire en se posant des questions du type :

- dans quel type d'entreprise, mon (mes) habilité (s) serait-elle (seront-elles) valorisée (s) ?
- dans quelle (s) région (s) géographique (s) ?
- dans quelle situation spécifique d'entreprise ?
- à quel stade de développement ? (lancement ? croissance ? développement ?)
- pour quel (s) secteur d'activité, pour quel (s) marché (s) ?

Cela nous amène à penser "finesse" plutôt que "masse", pour aller vers une qualité supérieure du matching Entreprise/Personne.

De là, les envois de candidature en masse ne sont pas des solutions viables !

Opter pour la profondeur (dans la connaissance des entreprises ciblées par exemple) et la prospection de contextes gagnants sont des perspectives plus intéressantes.

Ceci est à mettre en parallèle avec le "taux de transformation", terme souvent employé dans les domaines de la vente ou du marketing direct. Une logique de masse, de volume, amènerait à contacter le maximum de personnes, au risque d'avoir un "taux de transformation" assez bas.

Une logique de profondeur amènerait à qualifier au maximum et aller vers le plus de qualitatif possible, pour un taux de transformation plus important.

(crédit photo)

Aucun commentaire: