Pages

lundi 18 juin 2012

Marketing employeur, avantage confiance et social washing

Si certaines entreprises sont plébiscitées pour leurs remarquables pratiques managériales, les intentions et les moyens sont différents pour d'autres sociétés.

La modernité managériale va dans le sens de la recherche d'un renouvellement permanent des pratiques, tout en restant en cohérence avec les enjeux et les spécificités de l'entreprise.

Au bout de quelques années d'expérience, et en fonction des rapports avec les précédents employeurs, il peut arriver qu'il y ait une certaine défiance des candidats.

Etant donné la "relative opacité" sur l'organisation interne et la culture des entreprises, opter pour une "relative transparence" est un premier élément de réponse.

Qu'en est-il des interactions entre personnes ?

La prise de décision du candidat potentiel et sa motivation pour aller plus loin (et postuler !) va au-delà du champ d'information proposé. Les prises de contact multiples et les échanges IRL importent, pour donner une idée des comportements également.

A la limite, tout le contenu sur l'espace Carrière et les présences web peut tout simplement être du BS, si l'on est dans le cas du "social washing". Comme cela a été le cas pour le marketing-produit, les médias sociaux peuvent être utilisés pour du "marketing employeur", tout en ayant des personnes ayant des comportements "anti-social" en réalité !

Or, il y aurait une différence entre "paraître cool" et véritablement "être cool".


Par contre, les salariés (les clients internes, et à travers leur lentille) viennent valider le tout, avec ou sans le consentement de l'employeur (en privé, en offline).

L'avantage confiance se créerait en priorité, via des salariés enthousiasmés par les initiatives réelles de l'employeur. Dans l'idéal, les relais d'information via les médias sociaux ou autres canaux viennent amplifier ce qui existe déjà. Soit, priorité à l'expérience-salarié...

Aucun commentaire: