Pages

lundi 6 août 2012

Evangéliste : un métier à part entière ?

La connotation religieuse du mot saute aux yeux et viendrait spontanément à l'esprit. Depuis plusieurs années, nous pouvons y voir une connotation business, marketing également, associée à des concepts/produits/services innovants.

En tant qu'ancien Chief Evangelist chez Apple, Guy Kawasaki est souvent repris. D'ailleurs, son dernier livre "L'art de l'enchantement" reprend ce concept-ci, en démontrant (au fond) comment faciliter, accélérer l'adoption de produits/services.

Anthony Poncier, Directeur Conseil chez Lecko, écrivait un article sur le rôle des évangélistes chez les éditeurs de solutions collaboratives.

Robert Scoble est aussi souvent repris comme exemple, lorsqu'il s'agit d'aborder ce sujet-ci. Il est l'une des cinq personnes à avoir démarrer Channel9 chez Microsoft. Cet espace actif de conversation a pour but de connecter les personnes à la conception des produits aux utilisateurs.


En ce qui concerne son rôle actuel chez Rackspace Hosting, ci-dessous un bref descriptif :

Soit, un rôle d'évangéliste en externe (ie: création de contenus, développement de relations avec les startups innovantes & RP) comme en interne (distribution et partage d'insights).

Sur Linkedin, la requête "Evangelist" donne 39 329 résultats; correspondant aux personnes ayant (au moins 1 fois) mentionnées le mot-clé dans leur profil.


Prenons le profil de Mel Carson. Entre Août 2006 et Juillet 2012, il est renseigné un rôle d'évangéliste en marketing digital chez Microsoft Advertising. Au-delà du partage de contenus via les présences online, la prise de parole en public, l'écriture et la connaissance pointue du sujet sont trois points très récurrents. Pour l'entreprise, avoir un profil de collaborateur comme celui-ci peut être une opportunité réelle de gagner en visibilité.

Les différentes recommandations viennent donner des précisions supplémentaires sur son profil. Voici  trois exemples :



Plusieurs éléments :
  • bon positionnement par rapport aux informations innovantes
  • une application directe et concrète aux campagnes, soit aussi un coup de boost à la qualité du service
  • un partage de connaissances et une contribution interne pour ce qui est des pratiques gagnantes sur les médias sociaux
  • un rôle de mentors pour les marketeurs du digital
  • une connaissance affinée du marketing digital et une passion pour le sujet
  • une attitude très positive, quelqu'un de très sociable
  • une capacité à faciliter le changement culturel en interne
Là encore, le rôle d'évangéliste ne se limiterait à l'externe et aurait plusieurs actions internes. Il s'adapterait aussi aux objectifs et besoins spécifiques des entreprises, d'où les éventuelles variantes dans le rôle.

Pour l'agence marketing dans laquelle je travaillais, nous avions une évangéliste "offiicielle" du marketing du bouche-à-oreille. En effet, avec la montée des médias sociaux, le champ d'expression s'est élargi et des points innovants sont à explorer et... évangéliser. Son rôle avait au moins 7 axes :
  • la recherche sur le sujet et la compilation d'études, de rapports, de cas (en interne)
  • le management des présences web (ie: exploitation des canaux online: twitter, slideshare, etc...) avec un blogging actif (reprenant des éléments de la recherche + un commentaire suffisamment détaillé et/ou illustrant des "succès clients"
  • la formation (série de workshops) avec plusieurs niveaux de maturité et une règle de progressivité appliquée
  • la prise de parole en public aux événements-clés (meetups, panels, conférences, etc...)
  • l'organisation d'événements et le design d'espaces de conversation offline (avec un rôle de modération)
  • l'appui à la force de vente (informations-clés, oeil d'expert, etc...) et des participations aux rendez-vous "client" (avant-vente)
  • la participation aux événements dans le but de compiler les insights intéressants pour l'entreprise et d'établir des connexions avec les personnes

Aucun commentaire: