Pages

lundi 4 février 2013

Marque employeur : et si les entreprises considéraient plus le jiriki ?

Seth Godin est vraiment inspirant, et un auteur "remarquable" !


Dans la version originale de son dernier livre "The Icarus Deception", un mouvement amplifié sur la plateforme Kickstarter, deux concepts japonais sont invoqués : tariki et jiriki. Il s'appuie dessus pour marquer la différence entre l'économie post-industrielle et l'économie de la connexion. Selon lui, la crise actuelle marque le déclin d'un modèle économique, remplacé par celui où la connexion prend une toute autre dimension.

Dans le mode jiriki (opposé au tariki), en phase avec l'économie de la connexion, cela reviendrait à avoir des entreprises et des travailleurs :
  • osant tester de nouvelles alternatives
  • challengeant le status quo
  • n'attendant point de permission ou de moments parfaits, pour faire avancer les choses
  • attachant une importance au travail émotionnel (réaliser un travail intéressant et original vs réaliser un travail conforme, sans prise de risques)
Les apports d'une telle perspective, d'une telle posture plus proactive, peuvent être positifs en interne (en encourageant les employés à être des pièces maitresse et non de simples rouages) comme en externe (en encourageant les candidats potentiels à ne pas simplement rentrer dans des moules mais à être exceptionnels). Par ailleurs, cela donne plus de chances au bouche-à-oreille positif de fonctionner (amplifiable via les médias sociaux).

Aucun commentaire: