Pages

mercredi 24 juillet 2013

Emploi : marchés cachés et marchés fermés

Malgré la visibilité des offres et des informations au sujet des futurs employeurs, peut-on aujourd'hui parler de "marché fermé" ?

Lors de discussions et de conseils autour de l'emploi, le mot-clé "marché caché" revient souvent. En effet, au-delà des offres d'emploi visibles et volontairement publiées par les entreprises recruteuses, il existe une partie invisible, cachée. Celle-ci est majoritairement accessible via le réseautage classique ou virtuelle.

Rich Grant, co-animateur du #CareerServChat, suggère un autre point de vue là-dessus. Il apporte quelques éléments intéressants :
  • avant Internet, la publication d'annonces se faisait dans les journaux et magazines (soit un coût plus ou moins conséquent selon les ressources de l'entreprise recruteuse); soit, en parallèle, l'alimentation d'un marché caché important
  • avec Internet, le marché caché se réduirait (de par l'abaissement des coûts, googling des entreprises et prises instantanées d'information, etc...)
  • pour certains secteurs d'activité et en fonction de la taille de l'entreprise, le bouche-à-oreille et la discrétion restent privilégiés
  • la notion de "marché fermé" (c'est-à-dire que même si les offres et opportunités sont visibles, cela ne signifie pas forcément que tout est absolument ouvert)
Pour ce qui est de ce dernier point sur le "marché fermé", Rich Grant introduit la notion de code d'accès. Avoir le descriptif du poste, l'adresse email de contact, le nom du recruteur, sont des informations basiques. Aussi, pour lui, "les personnes embauchent des personnes, et non des bouts de papier".

Le but du jeu est surtout de se connecter à une ou plusieurs personnes travaillant pour l'employeur potentiel identifié ("insiders"), et à les rencontrer dans la vraie vie (IRL) pour en savoir plus et/ou mieux se connecter à l'entreprise; si l'on reste sur l'idée de "marché fermé" et de code d'accès.

Sur ce même article écrit par Rich Grant, Cyndy Trivella fait un rappel sur le recours à la recommandation de candidats par les collaborateurs; soit un moyen plus direct et potentiellement moins coûteux pour recruter, et un lien avec le rôle des "insiders".

Aucun commentaire: