Articles

Affichage des articles du juin, 2014

3 conseils pour rester dans le débat constructif et éviter l'affrontement

Image
Le "J'ai raison, vous avez tort" pourrait être le slogan de la communication combative, où l'on va essayer de défendre son point de vue de bout en bout; et rejeter toute alternative ou suggestion nouvelle. Doit-on parler de débat ou plutôt d'affrontement, de clash ?

Le débat se veut être un échange interactif (avec des points de vue opposés ou complémentaires) dans le but de faire avancer une réflexion collective sur un sujet. L'affrontement se résume à la recherche nette d'une domination, et quelques fois à une humiliation volontaire. Et que rencontrons-nous sur le web ? Une amplification de ces deux tendances, avec d'un côté une contribution et de l'autre, de l'égo et du buzz
1. Quelles sont les tendances, les statistiques, les principales études de cas et les différents points de vue disponibles jusqu'ici ? Il s'agit ici du point du "contexte", de savoir où se situe la conversation actuelle et quelles en ont été les préc…

Starbucks connecte "publiquement" les collaborateurs entre eux

Image
Starbucks fait partie de ces entreprises à suivre en matière d'innovation et de réussite commerciale. Il y a 2 jours, l'entreprise annonçait qu'elle créait une nouvelle présence Twitter : @starbucksprtnrs, en complément de @StarbucksJobs qui reprend plus des opportunités de collaboration et des rencontres physiques organisées sur le terrain.

Des contenus sont aussi accessibles sur leur présence Facebook, avec un jeu d'interactions très visible et un sens fin du service de l'équipe d'animation.


On y note la dernière actualité RH, à savoir offrir aux "partenaires" la possibilité de poursuivre des études à l'université (#tobeincollege), gratuitement (voir vidéo ci-dessous). Le hashtag de référence, pour en savoir plus sur quelques aspects des réalités internes et de la culture chez Starbucks, est #tobepartner. Le site Ragan.com revient d'ailleurs sur la campagne lancée et les résultats.


Pourquoi cette approche est-elle intéressante ?

1. Son caract…

On a trouvé notre cost-killer !

Image
Dans le contexte d'un groupe réparti sur plusieurs sites et dans des pays différents, le point culturel est encore plus complexe à aborder et les efforts d'alignement sont plus importants. A l'intérieur d'un même site, des micro-cultures peuvent exister et entrer en conflit avec celles du groupe entier.

Prenons à présent le cas de l'entreprise dont l'un des sites est en situation économique critique, avec des coûts très importants et des comptes client relativement fragiles et un poste de direction vacant. Le réflexe est de recruter un profil cost-killer (qui viendra faire la chasse aux gaspillages), avec des qualités exceptionnelles de commercial grands comptes pour "aller chercher du client" car il y a urgence. Dans ces situations, et il en est bien dommage, on voit trop souvent une augmentation de la pression, du présentéisme, de l'absentéisme et du turnover, soit une explosion des coûts cachés.
L'EXCELisation associée à un leadership mani…

Popularité vs Empreinte : le classement, un besoin superflu ?

Image
Les jolis classements, les applaudissements, les encouragements, les mentions et apparitions. Tous ces gestes de reconnaissance donnent le sourire et procurent une certaine satisfaction. Ils donnent envie d'encore plus se dépasser, pour encore plus d'applaudissements, d'encouragements et de meilleurs classements. L'ego en prend un coup (positivement) et on se sent un peu plus en confiance.

Que se passe-t-il si le contexte change ? Si les règles ne sont plus les mêmes pour obtenir les félicitations et que l'on reste figés ? Si, tout simplement, des contraintes font qu'il n'est plus possible de fournir l'effort habituel ? On dégringole des classements, moins d'applaudissements, une sensation d'invisibilité brusque. Et si la finalité était justement, de ne pas rechercher la visibilité ?

En effet, le développement d'une dépendance aux signaux externes positifs peut devenir un souci, une fois que ces derniers se font moins puissants. Si notre bo…

Transformation digitale : leadership, culture, recrutement stratégique et vulnérabilité

Image
Le récent article de Bertrand Duperrin sur la transformation digitale et la nécessité des profils atypiques, est sans doute l'un des meilleurs du moment sur le sujet. Son message ne se porte pas sur l'introduction et l'usage d'outils, loin de là.

Le passage sur les profils atypiques et leur apport est celui qui a le plus attiré mon attention. En effet, plusieurs points surgissent :

1. Stop à la vision ultra-verticale des relations. Il existe bien évidemment une hiérarchie, avec des rôles différents. Seulement, la polarisation contribue à créer de la distance, avec d'un côté l'équipe dirigeante et de l'autre les exécutants.

Si l'on parle vraiment du principe d'un leadership distribué, de la multiplication de leaders et non de l'endiguement, que cela donne-t-il ? Encore plus d'humilité, une posture d'écoute plus prononcée, plus de confrontations constructives. De cette manière, le champ de perception n'est pas limité au top management.

Résoudre des problèmes, ou plutôt les créer ?

Image
Seth Godin propose un nouveau billet, provocateur, sur la manière de créer des opportunités. Dans son livre Linchpin, il mettait déjà en avant cette posture d'instigateur, de leader, et d'exposition à la vulnérabilité.

Présenter  de nouveaux problèmes sur la table, voici ce que Seth Godin nous encourage à faire. Dans son concept de l'idée-virus, l'objectif atteint est la validation par les premiers adeptes, et une influence de ces derniers pour inspirer les autres groupes de personnes restants.

Dans la même lignée, Anni Layne Rodgers écrivait un article intitulé "If you're not creating problems, you're not trying hard enough" (si vous ne soulignez pas de nouveaux problèmes, vous ne relevez pas de grand défi), où ce principe était utilisé en interne chez la dynamique société Kyyba.

George Ambler aborde aussi ce sujet sur son blog à travers le billet "Leaders focus on creating, not problem solving" , en reprenant une citation de Peter M.Senge

L'anecdote iDBUS : une démonstration d'expérience gagnante

Image
Ce long weekend a été l'occasion de voyager et surtout d'à nouveau utiliser les services de iDBUS. Jusque-là, l'usage du "coach" (via Eurolines) a été déjà effectué à deux reprises pour aller sur Londres (une mesure économique et intéressante si l'on n'est pas pressé par le temps).

C'est le bouche-à-oreille qui m'avait emmené à tester iDBUS. Après une brève réflexion, il apparaît que la différence entre iDBUS et Eurolines n'a rien de technologique, ni d'ultra-capitalistique. Mais elle est pourtant énorme, selon les priorités personnelles. 
Pour Eurolines, la priorité semble être mise sur le respect des délais et une grande sélection de destinations à travers l'Europe. Pour iDBUS, l'approche est différente et, de là, l'entreprise a cet avantage de s'être lancée bien après Eurolines. En effet, elle s'est penchée sur la résolution de problèmes majeurs lorsque l'on réalise de longs voyages en bus : l'absence de pri…