Pages

jeudi 21 août 2014

passer des tunnels aux feux de camps

Ce fut le titre de l'un de mes récents articles écrits sur LinkedIn. Il reprend deux différences de logique; celle de "la protection et du contrôle" et celle de "l'écoute et de la participation".

Quelles différences ?

La première option se base sur la recherche de démonstration de son expertise et la territorialité. On va ainsi chercher à protéger son aura et à (s'il le faut) neutraliser les personnes ou structures constituant une menace. Il s'agit ici d'un mode peu ouvert, fondé sur de la défiance et sur l'égocentrisme. Les classements divers viennent renforcer cette attitude. Au final, cela envoie des signaux quelque peu négatifs au réseau et un non enthousiasme pour des éventuelles collaborations.

La seconde option est plus moderne. Il s'agit des feux de camp et des rassemblements. Le collectif joue une part importante et les médias sociaux viennent amplifier cela. Ici, on prend bien conscience que le partage et la mise en commun est plus bénéfique que l'individualisme. L'intelligence collective prime et les partages thématiques bénéficient au groupe, pour une accélération et une plus grande diversité d'inputs. Il y a plusieurs exemples de feux de camp, tels que le #TChat ou encore le #SSHour sur Twitter. Aussi, tout n'est pas obligé de se dérouler online. Les rassemblements physiques comptent également tels que le Tuttle Paris ou encore l'Apéro RH.

Pour finir, les feux de camp sont tout de même plus vivants et nécessitent de passer au mode "Écoute et Participation".

Comment créer un feu de camp ?

1. Faire une non liste reprenant les caractéristiques dominantes des tunnels, avec quelques exemples pour illustrer le tout.

2. Constituer le leadership. Qui fonde, qui décide de quoi ? Quelles complémentarités ? Quelle histoire narrer et reporter sur la page Web ou "sociale" ? Comment planifier et activer un réseau de contributeurs ?

2. Écouter et identifier une problématique importante à résoudre. Au passage, lister les corps thématiques les plus récurrents, ainsi que les profils de personne que cela touche.

3. Élaborer un sens et une raison d'exister (très brièvement), en se posant la question du "Pourquoi" (Nous créons un feu de camp pour ......). Quel nom donner au feu de camp ? Quel slogan ? Quelle identité visuelle ?

4. Lister 3 convictions qui vont servir de cadre au feu de camp, et qui pourraient constituer un manifeste si l'on développe le tout.

5. Préciser les comportements valorisés. Il s'agit ici de 3 principes fondateurs, ayant pour but d'encourager mais aussi de sanctionner des attitudes.

6. Fixer l'endroit de rassemblement et le rythme. Où se passeraient les conversations et via quels formats (texte, vidéo, etc...) ? Est-ce un endroit suffisamment confortable pour les invités ? Quel moment de la semaine semble le plus propice ? Quel créneau horaire ?

7. Prendre de l'avance et préciser un calendrier. Quels sujets aborder d'ici 2 semaines ou 1 mois ? Quelle structure pour les conversations et quels intervenants éventuels ?

8. Mesurer et analyser. Quels indicateurs suivre pour s'assurer de la bonne santé du feu de camp ? Qu'est ce qui marche bien ? Moins bien ? Quelle fréquence pot faire ce point régulier sur les performances ?

9. Ponctuellement se rapprocher d'autres rassemblements actifs. Quels thèmes traitent-ils ? Quelles synergies possibles ? A quelle fréquence ?

10. Faire évoluer le tout. Comment passer de version en version ? Quelles innovations apporter ?

Aucun commentaire: