Pages

mercredi 15 octobre 2014

Déploiement international, plateformes économiques et carrières


En sortant du cursus scolaire, l'idée la plus directe est de penser "métier" ou de chercher "ze job". Au fond, il s'agit bien de la finalité du cycle.

Premier retour

Au fur et à mesure des expériences et surtout via la constitution d'un réseau au UK, le monde économique et la mondialisation sont finalement loin d'être des sujets légers. Si Londres est très dynamique, cela n'est pas un hasard. Pour de nombreuses startups américaines, on observe un mouvement assez visible et répétitif :

- ouvrir des premiers bureaux aux US
- attaquer le marché EMEA en passant par Dublin pour y constituer une équipe administrative et commencer à recruter des commerciaux pour Londres
- ou bien, faire l'impasse sur Dublin et directement aller sur Londres pour ensuite descendre sur Paris, Berlin, Madrid et Milan

Tout cela, bien sûr, en fonction du dynamisme commercial et des possibilités de financement.

Les mouvements peuvent être différents. Prenez par exemple, l'agence We Are Social qui a démarré sur Londres en 2008 pour ensuite ouvrir des bureaux sur Paris. Le bureau US (à New York) avait été ouvert au premier trimestre 2012.

A l'intérieur de la France, et pour d'autres entreprises, nous avons des mouvements locaux similaires, avec l'ouverture d'un siège en région parisienne et le développement d'agences commerciales sur les marchés français les plus prometteurs. Une vision monde, en fonction de ses contraintes personnelles, est bien riche et offre de nombreuses possibilités.

L'important est de comprendre les déploiements internationaux, d'identifier les plateformes économiques (à l'intérieur des zones inscrites sur l'image d'introduction) et de voir comment les entreprises souhaitent adapter leur business model au fur et à mesure de leur montée en puissance.

Careers Beyond Borders 2014 à Londres 



J'ai été invité par EF Education First il y a quelques semaines de cela, suite à une participation à Manchester à l'automne 2012. Les thématiques centrales du séminaire sont la mondialisation, le rôle des langues pour mieux pénétrer les cultures et saisir les subtilités locales. Les compétences linguistiques sont classiquement reléguées en fin de CV, à côté des compétences en informatique. Pourtant, la maîtrise d'une ou plusieurs langues, combinée à des compétences très demandées et des traits de personnalité spécifiques, peut donner un certain avantage en termes de positionnement professionnel. Dans l'idée de "déploiement international" et de montée en puissance, il y a la possibilité d'être un pont, un véritable facilitateur entre les objectifs de l'entreprise et le marché visé.


Par ailleurs, le fait de comprendre et de s'exprimer dans une autre langue que le français, donne la possibilité d'être plus ouvert et d'apprendre encore plus des autres. En effet, pour un même sujet, la perception et la solution peuvent être différentes. Les possibilités de connexion, de collaboration et d'accès aux informations sont bien plus importantes. Les options sont tout simplement nombreuses.

Vers une autre vision de l'évolution professionnelle



Il est souvent accepté une évolution purement verticale, à savoir passer du terrain, ensuite au poste de responsable d'équipe puis de directeur. Ceci représente encore l'image d'une ascension. Ce qui n'est sans doute faux. Par contre, il y a aussi ces mouvements horizontaux à valoriser en reprenant l'idée du déploiement. Une personne pourrait être :

- Responsable Clientèle à Londres
- travailler le marché français à distance, s'installer sur Paris lorsqu'assez de clients sont activés
- monter en compétences managériales pour manager une équipe de Responsables Clientèle
- préparer l'approche commerciale pour le moyen-orient, accompagner le lancement officiel des bureaux et de l'activité là-bas en commençant par la place centrale (Dubaï), puis en élargissant très progressivement le champ d'action en y incluant d'autres pays

Dans ce cas, la personne n'est pas forcément CEO mais apporte une contribution très importante, en se positionnant sur le plan de déploiement international, avec un souci d'adaptabilité locale et de transmission des valeurs fortes de l'entreprise lors de recrutements locaux.

Nous parlons ici de mouvement latéral géographique, mais le raisonnement est valable en proposant d'attaquer d'autres segments  de clientèle. C'est bien la notion de marché potentiel qui prime, avec statistiques et dynamiques positives à l'appui.

Aucun commentaire: