Pages

mercredi 19 novembre 2014

Salariés ambassadeurs et LinkedIn : du simple partage d'offre d'emploi à de la recommandation subtile

Dans le sujet brûlant des salariés ambassadeurs, il y a des attentes fortes au niveau de la diffusion élargie de contenus et d'actions de promotion. Pour la partie moins joyeuse, il y a aussi ce risque de (malheureusement) transformer les collaborateurs en panneaux d'annonce. Or, nous savons parfaitement bien que cette piste n'est pas valorisante pour véhiculer un message. Aujourd'hui, et avec les profils sociaux, il ne s'agit sans doute pas de porter une affiche sur soi; mais la dynamique demeure la même, avec l'occupation d'espaces numériques.

Si "amplifier" le message de son entreprise n'est pas quelque chose de foncièrement négatif, la manière de le réaliser importe beaucoup. Parmi les points que l'on peut reprocher à l'approche "pub traditionnelle" comme sur l'image ci-contre, il y a le manque de contexte, l'absence de spontanéité, de liberté dans la prise de parole. Au final, un ton publicitaire et très corporate qui ne souligne aucune différence avec celui de l'entreprise-même.

En visitant mon flux sur LinkedIn ce matin, je suis tombé sur un statut rédigé par Laura Fox (une très talentueuse personne travaillant chez LinkedIn). Il s'agit du partage d'une offre d'emploi, mais réalisée de manière assez subtile et bien plus enrichie qu'un simple partage de lien. Les adeptes de Google+ parlent souvent de l'évitement du "link dropping", qui ne fournit aucun contexte. Voici une capture ci-dessous :


Que remarque-t-on ?

1. Il s'agit d'une offre de "Relationship Manager" partagée par une "Relationship Manager", soit une personne qui connaît très bien ce rôle
2. Laura explique en deux phrases son parcours chez LinkedIn et ses points de satisfaction ("risques calculés", "nouveauté au quotidien", "relations client stimulantes"). Le côté "Transformation" (indispensable à la culture LinkedIn) est également évoqué et ouvertement validé
3. Elle explique en une phrase le rôle ("apporter une expertise dans les conversations avec la clientèle")
4. Elle termine avec un "call to action", soit une proposition d'avoir un entretien informel pour procurer encore plus d'information et de contexte

Ici, tenons une attention particulière sur l'émettrice du message. Les candidats potentiels peuvent s'identifier à Laura et en savoir plus sur son parcours en visitant son profil LinkedIn. Est-ce qu'une personne tenant un autre rôle aura plus de crédibilité ?

L'autre inconvénient du "link dropping" est que l'on peut amener les personnes à candidater trop prématurément (malgré les niveaux d'urgence du recrutement). La partie "conversationnelle", entre la prise de connaissance de l'offre d'emploi et l'éventuelle candidature, est différenciante et sert d'éclaircissement. Elle peut servir à lever des craintes ou tout simplement confirmer plusieurs points, car la notion de fit va au-delà de la capacité à faire le job.

Cela amène à avoir des collaborateurs suffisamment disponibles et informés (avec une lecture globale de l'entreprise et de son secteur, soit au-delà de la fiche de poste).

Aucun commentaire: