Pages

mardi 14 avril 2009

[Billet invité] Identité numérique : consistance ou sincérité ?

Nous continuons la série des billets invités, avec aujourd'hui, Emmanuel Gadenne de webusage.net à propos de l'identité numérique : consistance ou sincérité ?

Faut-il marteler quelques messages pour avoir une identité numérique cohérente ou laisser s'exprimer la variété de tous ses talents au risque de brouiller son image ?

Habituellement, on indique qu'il est très important d'être cohérent dans la diffusion de ses messages sur le Web. On sait que Google conserve la trace de tout ce qui est publié. Et qu'un recruteur peut faire des recherches dans Google avec votre nom. Cela incite à la plus grande prudence. D'un autre côté, pour avoir des échanges plus approfondis avec certains contacts, voire pour se faire des nouveaux amis, il est aussi souhaitable de faire apparaître d'autres facettes de ses talents et de sa personnalité.

Voici, à titre d'illustration, quelques étapes de création d'une identité numérique, qui correspondent non pas à des conseils mais simplement à mon vécu.

1) J'ai commencé par remplacer mes usages anonymes ou sous pseudo par des usages sous mon vrai nom (PrénomNom).

2) Lorsque c'était possible, j'ai fais effacer les traces laissées sous mon nom qui étaient devenues obsolètes et contre productives. Ainsi ai-je fais effacer un site personnel que j'avais en 1999-2000 et que je n'avais pas mis à jour pendant plusieurs années. Il me fallu pour cela réussir à convaincre le propriétaire du site où mes pages étaient hébergées car j'avais perdu les différents codes accès. Après plusieurs mois de patience et quelques mails de relance, mon "droit à l'oubli" a été respecté et ces pages obsolètes ont été effacées.

3) J'ai utilisé un blog (webusage.net consacré aux nouveaux usages du Web) et plusieurs réseaux sociaux pour diffuser des messages cohérents et consistants par rapport à mes objectifs. L'objectif de mon blog a évolué dans le temps : au départ, outil de partage de mes auto-formations, je l'ai petit à petit plus utilisé pour faire des comptes-rendus de mes lectures, puis des interviews, puis des billets écrits à plusieurs, toujours sur le sujet des webusages. Aujourd'hui j'utilise mon blog pour partager mes explorations du Web. Pour moi, la présence minimum dans les réseaux sociaux fut Viadeo, LinkedIn, Facebook et Twitter. Les réseaux sociaux me permettent de gagner en visibilité, de promouvoir mes travaux, de rencontrer de nouvelles personnes et d'établir des passerelles entre mes contacts. Pour des raisons d'efficacité, je choisis à un instant t de mettre plus le focus sur l'un ou l'autre des réseaux (en ce moment Twitter).

4) Une fois mon identité numérique bien installée (plusieurs milliers de réponses dans Google pour une recherche sur mon nom), j'ai diversifié ma communication sur Internet, pour plus de fun et des interactions plus fortes avec des best friends. Par exemple, j'ai diffusé des photos avec Flickr, des musiques avec blip.fm ou song.ly et j'affiche ma localisation avec Brightkite... Je fais converger toute cette "vie numérique" sur Twitter... tout en explorant plusieurs réseaux sociaux et outils. J'essaie d'avoir recours à tous mes modestes talents pour engager la conversation et aider mes contacts, tout en restant cohérent avec mes objectifs dans la diffusion de mes messages.

Et vous quel chemin avez-vous suivi pour la mise en place de votre identité numérique ?


---
Pour s'abonner au fil rss de ce blog et suivre son actualité, cliquer ici

2 commentaires:

Lovny a dit…

Et bien je ne comprends pas trop pourquoi tu as fait effacer ton site internet de 1999-2000 : en ce qui me concerne je trouve intéressant qu'un recruteur puisse voir qu'à cette époque j'étais déjà investie sur la toile et que je bricolais déjà quelque peu ;) Quand au pseudo, il me permet justement de "brouiller" un peu les pistes et de conserver une certaine intimité : notamment lorsque je commente sur un blog ! Ensuite comme je travaille dans la communication numérique je me dis que mon recruteur s'il est pertinent pourra bien sûr remonter le filon, mais je n'ai rien à me reprocher, j'assume pleinement qui je suis, ce que je fais et ce que j'ai fait donc je ne vois pas en quoi il serait utile pour moi de plus controler ce que je laisse paraitre : je risquerai de faire croire que je suis ce que je ne suis pas et tomber sur un recruteur ou un emploi qui ne me correspond pas vraiment...bof bof...C'est pourquoi je trouve que le problème de l'identité numérique est souvent mal posé...Pour moi le porblème va au delà de l'identité numérique, il s'agit surtout de s'assumer soi-même que ce soit numériquement ou réellement :)

Mathieu Chenot a dit…

disons que je suis plus ou moins ce chemin pour ma part. Il serait très difficile de résumer ça dans un commentaire et je pense que je pourrais y consacrer plusieurs billets (comme beaucoup d'entre nous). En tout cas ça demande beaucoup de boulot mais ça vaut le coup :):)