Pages

dimanche 19 octobre 2008

95% des recruteurs français ne sont pas présents sur les réseaux sociaux

On l'a vu , 22% des managers chargés du recrutement scrutent les réseaux sociaux, mais après une enquête internationale le cabinet Robert Half estime que "2008 annoncerait la fin de l’engouement pour les espaces communautaires en ligne et autres lieux de réseautage " , ainsi :

"Les réseaux tels que Linkdin, Facebook, My Space, Xing… n’auraient-ils plus la cote auprès des DRH recruteurs ? C’est clairement le cas pour 99% des responsables tchèques, suivis par 98% de leurs homologues japonais qui ont volontairement choisi de délaisser cette piste. "

Pour la France, l'étude indique que :
"
- 71% [des recruteurs] ne participent pas aux salons de recrutement ou aux bourses à l’emploi sur les campus
- 82% n’utilisent pas les CV thèques des sites d’emploi
- 86% délaissent les outils en ligne de ciblage (sites d’emploi permettant de présélectionner des candidats potentiels
en fonction du poste à pourvoir)
- 87% ne réalisent pas de podcasts pour recruter via le site de l’entreprise
- 94% ignorent les réseaux « traditionnels »
- 95% n’entretiennent pas de présence sur les sites de socialisation ni ne recourent aux blogs professionnels.
"

2 commentaires:

aurelie34 a dit…

Ces résultats sont assez surprenants. Il serait intéressant de voir les différences suivant les secteurs d'activité. J'aimerai également voir la méthodologie...cela m'étonne vraiment. Et vous, que pensez-vous de cette étude ?

MB a dit…

Bonjour Aurélie,

je dirais d'une part que ce qui ne m'étonne pas est qu'une majorité des recruteurs n'utilisent pas les réseaux sociaux. C'est en effet un phénomène relativement nouveau ( moins de cinq ans ) et on a souvent tendance à surestimer l'adoption de nouveaux outils ou de nouveaux usages.

D'autre part sur ces 95% et cette étude en particulier. Mon avis personnel est que cette étude, comme beaucoup d'autres que l'on peut trouver sur le web, n'utilise probablement pas une méthode scientifique pour sélectionner l'échantillon de son "sondage". Bien que l'on puisse lire que le questionnaire a été adressé à "3.000 dirigeants effectuant des recrutements exerçant
leurs fonctions dans un échantillon représentatif d’entreprises (taille, secteurs d’activité)", on ne sait pas quelle méthode a été exactment utilisée (celle des quotas ou auutres), ni quelle marge d'erreur est applicable.